Plan 9 From Communistes Extra-Terrestres Verts From Outer Space - édition numérique intégrale 2013

Plan 9 From Communistes Extra-Terrestres Verts From Outer Space est une bande dessinée parodique et satirique réalisée en 1995 et 1996 et publiée au fur et à mesure par transmission directe des planches originales à son public initial.

Son thème est l'invasion de la terre, au milieu des années 90, par des extra-terrestres communistes avec l'aide de leurs agents terriens, et les réactions des terriens, comme par exemple l'usage de missiles balistiques.

Cette édition numérique est la première disponible pour l'ensemble du public, en attendant qu'il en soit de même pour la version papier rendue disponible en 2012 pour le public initial précédemment cité. La disponibilité actuelle de l'édition numérique n'est, probablement, que temporaire.

Le rythme de publication en ligne d'une une planche chaque jour ne s'est pas avéré tenable, voici donc une publication intégrale, avec la couverture de l'édition papier due à Le morse des mers à la fin. Le Tome 10 participatif, que chacun et chacune peut développer directement depuis internet, est lui en ligne sur http://clewn.org/plan9/tome10/ :















































Liens d'information :

L'auteur évoque cette œuvre à la fin d'une interview en 2008, consultez le lien suivant : --Ceci est un lien--

Pour la disponibilité de la version papier et son éventuelle acquisition, consultez le lien suivant : --Ceci est un lien--
(Inutile, avant la publication, de revenir sur la page Spotlight sur l'auteur pour savoir si elle a eu lieu, elle est liée au compte Lulu qu'il maintient, la bande dessinée sera publiée via un autre compte, restez-en au résultats de recherche, auxquels le lien mène)

Informations diverses :

La Propipette (marque déposée) est un instrument de laboratoire servant à prélever quelques gouttes d'un liquide, qu'on trouvait dans certaines classes de chimie à l'époque des faits.

Il n'y a jamais eu de tome 10. C'était une blague : l'histoire passe directement du tome 9 au tome 11.

Le tome double numéroté 24, publié juste après la fin de la saga en cadeau pour les fans, n'a pas a ce jour été retrouvé.

Une fan-fiction réalisée peu après la réalisation de la 24 est dans l'édition papier. Elle est due à Le morse des mers, également responsable de la numérisation des planches, de la mise en page de la version papier, de l'écriture de sa préface, de son illustration de couverture, et de sa distribution à ce jour.

L'édition papier contient une postface de l'auteur, qui, entre autre, résume le tome 24.

Résumé :

SPOILER : ce résumé dévoile les moments-clef de l'intrigue


Les représentants d'une forme de vie extra-terrestre (ET en abrégé) arrivent sur terre.

Leur structure sociétale, dans le cadre de cet évènement, s'apparente, du point de vue humain, à ce qui est souvent exprimée comme le stade "communiste" selon les termes définis par Karl Marx.

Karl Marx étudiait l'histoire, y compris politique, pour aboutir à une prospective, une prévision d'un possible futur. Karl Marx travaillait à l'étude de l'histoire dans des buts de prospective au 19ème siècle - environ 170 ans avant l'année actuelle, 2013 (du calendrier souvent employé en langue française, dérivant de celui nommé "grégorien". On dit parfois "2013 après Jésus Christ").  
Les mots "socialiste", "prolétariat" et "communiste", dans cette courte section visant à définir quelque mots, sont à entendre dans le sens qui était le leur au 19ème siècle.

Du point de vue de la terre, ils viennent instaurer un pouvoir exercé par le prolétariat, étape précédent, selon Marx, celle d'une société socialiste.

Toujours selon Mars, l'étape de la société socialiste ne nécessite plus cette répartition du pouvoir et cette façon de le répartir selon des modalités devenues, dans ce futur, archaïques.

Les ET envahissent la terre des années 1990, avec l'aide de leurs agents humains, qui noyautent le corps enseignant.

Le lieu d’atterrissage pour l'engin spatial transportant leur armée est une petite ville de province, mais suite à une erreur de vocabulaire, il est mal guidé et endommagé lors de celui-ci, et les ET subissent de lourdes pertes.

Réfugiés auprès d'un autre de leurs agents, ils ne disposent plus d'assez de lait, qui leur est indispensable. Un troisième agent, sur ordre, tente de détourner un bateau pétrolier servant au transport de lait, mais l'équipage s'interpose, et le pétrolier percute un bateau de transport de préparation en poudre pour faire du flanc, ce qui crée une île artificielle attirant l'attention internationale, des forces armées sont déployées.

Un quatrième agent est envoyé secourir le troisième, mais son débarquement se passe mal et il semble ne pas avoir survécu. Ceci a mis à jour une nappe enfouie de lait, et le troisième agent en fait provision
Cependant les sismographes enregistrent la secousse due à l'expulsion de lait, et les autorités américaines pensent à une frappe nucléaire ennemie. Un conflit intercontinental s'ensuit. Un missile est lancé vers la petite ville ou les ET sont réfugiés, bien connue comme foyer d'activité communiste.

La charge de ce missile, qui atteint la cible, est une sorte de mutant possédant des pouvoirs extraordinaires, comme celui d'annihiler tout sens critique.
La ville est mise en quarantaine par l'armée pour cause de contamination, comme le constate le troisième agent, venu apporter le lait.
Le quatrième agent a, en fait, survécu et rejoint deux membres influents du mouvement communiste là-bas, qui vivent terrés dans un abri-bunker. Avec eux, il décide de tenter de prendre le contrôle de la ville par la force, première étape d'une révolution mondiale.

La ville nage en plein chaos, les factions des ET qui rançonnent les populations pour obtenir du lait, du mutant aux pouvoirs psychique qui a avec lui une horde de fanatique, et des communistes s'affrontant pour le contrôle de la ville, un quatrième pouvoir étant un résident de cette cité originaire de zones sauvages et montagneuses de France ainsi que ses ours intelligents et capables de parole.

Le mutant lui propose une alliance, qu'il refuse. Les ET, pendant ce temps, perdent de nombreux hommes qui meurent faute d'alimentation en lait, et leur moral, gravement atteint, les pousse à renoncer à leur projet d'invasion. Ils contactent le mutant, qui a de grandes compétences techniques, pour qu'il répare leur engin spatial afin qu'ils puissent quitter la planète.

Cependant ils ont été manœuvrés par le troisième agent, qui est entré dans la ville et n'a pas révélé sa présence. Il a conduit toutes les factions en un même lieu, au même moment, espérant être reçu triomphalement car il amène du lait.

Quand il apprend que l'invasion est ajournée, il est dépité, et annonce son intention d'engloutir la ville, le lait étant contenu dans une Propigourde qui permet d'en transporter 500 gigalitres sur soi - et il a le doigt sur le bouchon. Le mutant tente de s'interposer, mais au terme du combat, il est détruit par l'agent. L'homme chef des ours fait la même chose, et subit le même sort.

Le deuxième et le quatrième agent, qui commentaient les combats en spectateurs, commencent alors une joute verbale qui dégénère en insultes racistes et sexistes. Mais le chef des extra-terrestres verts y met un terme : il n'a plus de piles électriques pour alimenter sa console de jeu vidéo, portable et terrienne, et demande si quelqu'un en possède.

 Pendant ce temps, quatre membres des forces spéciales de l'ONU, dont le cuisinier du pétrolier, qui avait empêché son détournement, et qui entre-temps s'y est engagé, arrivent dans la ville dévasté.
 Au centre de l'arène, tout le monde s'insulte, sauf le troisième agent, qui est dépité que plus personne ne s'intéresse à ses menaces. L'homme-ours et le mutant ré-apparaissent alors. Ils ont fusionné en une entité bicéphale dont les jambes sont un cyclomoteur aux capacité vibratoires jamais vues.
 L'équipe des Forces Spéciales les observe tous, de loin, et décide de s'approcher.
 L'un d'eux, en éclaireur sur une zone à découvert, est touché par un titre de fusil à air comprimé venant d'une fenêtre d'immeuble, où un sniper (tireur de précision) est posté. L'éclaireur reste au sol, blessé.
 Après qu'un appui blindé a été refusé par la hiérarchie, un autre soldat part secourir le premier, protégé par un tir de couverture. Mais le cuisinier ordonne de cesser le feu trop tôt, et le deuxième soldat est également blessé par les plombs du fusil à air comprimé du sniper. Il gît à terre a coté du premier.
 Le soldat armé d'un lance-missile, qui lit le scénario, constate qu'il faut maintenant qu'il se risque à son tour dans le champ de tir du sniper. Il le fait, après avoir demandé d'être couvert par le tir de couverture... Jusqu'à ce qu'il ait atteint un couvert, qui est une grande fleur à tige de presque deux mètres de haut.
 Il y parvient, et demande au second des soldats blessé de lui indiquer à quelle fenêtre se trouve le sniper. Celui-ci refuse d'abord, indiquant que s'il le fait le sniper va le tuer, mais fini par s'exécuter. Les deux soldats blessés reçoivent alors une rafale de plombs de fusil à air comprimé.
 Leurs cris de douleurs sont entendu par les agents, les ET, et l'hybride mutant/homme-ours. Le quatrième agent décide alors d'aller affronter le troisième agent, qui tient toujours la ville sous la menace de sa gourde de lait. Il exhibe son arme secrète, un pull-over en laine fluorescente, qui rend aveugle. Les soldats en voient la lumière, et le tireur de roquette, toujours à couvert, dit au cuisiner de lancer des fumigènes, puis de le suivre à l'assaut du building.
 Cependant, une fois qu'ils ont gagné, en courant dans la fumée générée, celui-ci, les deux soldats constatent qu'une méprise a fait lancer des œstrogènes par le cuisinier, et qu'ils sont maintenant dotés tous deux d'une poitrine opulente.
 Ils grimpent l'escalier et découvrent la silhouette du sniper. Dans l'arène, le troisième et quatrième agent se préparent à s'affronter, sous l'œil des spectateurs, sauf le chef des ET, qui préfère regarder l'écran de sa console portable.
 Simultanément, les soldats tirent des rafales sur le sniper et les deux agents utilisent leurs différents pouvoirs.
 Alors que le quatrième agent prend le dessus sur le troisième, les soldats, qui ont raté leur cible, se rendent, car le sniper est en train d'opérer le canon basculant de sa carabine à air comprimé dans le but de la charger d'un nouveau plomb.
 Il réalisent alors que le sniper est l'un de leurs amis, qui leur donne immédiatement des pansements pour soigner leurs camarades, et explique qu'il ne sait pas pourquoi il leur tirait dessus.
 Pendant se temps le troisième agent a repris, lui, le dessus, et expédie le quatrième aux confins de l'espace et du temps. Alors qu'il s'apprête à ouvrir la gourde, les quatre soldats, à nouveau tous opérationnels, font irruption, et déclenchent leur plan spécial, qui consiste à indiquer au troisième agent que s'il engloutit la ville sous des flots de lait, il mourra également.
 L'agent hésite mais décide de le faire tout de même. Néanmoins, une fois le bouchon ouvert, un géant antique et féminin jailli des entrailles de la terre, bouche la gourde avec son doigt, puis envoie le troisième agent au delà de l'horizon, d'une pichenette, avant de commencer à réprimander les autres personne présentes.  Le sniper, depuis sa tour, l'abat aussitôt.

Les autres personnages l'attendent alors pour la réplique qui fait rire tout le monde à la fin.  Le cuisinier lui demande pourquoi il a abattu le géant, il répond qu'il ne sait pas, et tout le monde rit.
 La suite de la saga est consacrée au destin de quelques-un de ses personnages : le sniper et l'extra-terrestre vert sont restés en ville. Ils en sont les seuls habitant : le chef des extra-terrestres, avec le stock de lait, a ouvert une crèmerie dont le droit d'entrée est très cher, il attire des touristes qui payent pour le voir, tandis qu'il joue à la console et que le sniper tire sur leur file d'attente ; lui, des équipes de télévision lui offrent régulièrement des fortune pour faire des émission spéciales à son sujet, mais il ne répond jamais rien d'autres aux interviews que "coucou maman ! " en faisant un signe de la main.
 L'un des soldat des forces spéciales, est, lui, devenu DJ dans une boite de nuit qui est aussi un club échangiste pour homosexuels masculins, et l'hybride mutant-ours en assure l'animation en tournant autour à heures convenues, ce qui déclenche des vibrations dans tout l'édifice. Le club devient toujours plus prospère et réputé, et ils sont très bien payés.
 Le tout premier agent, à l'origine de l'erreur de vocabulaire qui a causé le crash, déçu par la nature humaine, vit dans les eaux des océans une histoire d'amour avec un groupe de vaches de mer.
 Le soldat des forces spéciale porte toujours une poitrine opulente, a fondé un ordre monastique, et, accompagné d'un acolyte, il erre dans la jungle aux sources de l'Orénoque, à la recherche du Christ Véritable.  Le cuisinier, lui, est devenu acteur à Hollywood, où son physique androgyne lui a permis de décrocher le premier rôle dans une production pornographiques zoophiles en cours de tournage. Il croise régulièrement le deuxième agent, qui a ouvert une boucherie là-bas, ayant récupéré le corps du géant, qui est son stock de viande à écouler.
 Le quatrième agent, réchappé des confins de l'espace et du temps, à fini par regagner l'époque ou il était étudiant... Le jour. Car la nuit, il est le mitrailleur du biplan de Canard WC qui dépose du gel liquide dans des toilettes géantes.

Le destin du troisième agent et du quatrième soldat est explicité dans La 24.